HISTOIRE DE LA FIRME CAMIONS INCENDIE PIERREVILLE LIMITEE (1968-1985)

TRADUIRE PAR MICHEL BEAUREGARD

Comme noté dans l'histoire des matériels Thibault, la société des Véhicules Incendie Pierreville a été créée en raison de dissensions parmi les membres de la famille Thibault. En 1968, cinq des neuf fils de Pierre Thibault (René, Julien, Marion, Charles-Étienne et Yvon) n'ont pas été d'accord avec la décision de vendre la Pierre Thibault Limitée à des intérêts extérieurs et ont décidé d’agir d’eux-mêmes. La société a été initialement nommée Véhicules Incendie Thibault, mais a été changée en Véhicules Incendie Pierreville du nom de la ville où l’usine de Pierre Thibault était installée. Un site industriel moderne de 21.000 pieds carrés a été rapidement ouvert tout près à Saint-François-du-Lac. René a été nommé président, Marion est devenu vice-président chargé du commercial et des ventes, Yvon était responsable des ventes au Québec et Charles-Étienne et Julien ont dirigé la production et l'ingénierie. En 1974, les actions de Julien ont été achetées par les autres frères.

L'affaire a rapidement été florissante et est vite devenue un des plus grands fabricants de véhicules incendie au Canada. La société a à l'origine commencée par la fabrication de camions-pompe et de camions-citerne mais s'est bientôt intéressée aux matériels d’intervention en élévation. La première échelle aérienne a été livrée en 1972 et quelques années plus tard, un accord a été conclu pour être la distributrice Canadienne pour LTI. (Ladder Tower Incorporated). Dans la dernière partie de la décennie, la société a développé sa propre gamme de nacelles télescopiques. La société Pierreville a aussi obtenu les droits exclusifs pour distribuer les pompes Waterous au Canada et les a utilisées sur tous ses matériels équipés de pompes.

En 1979, l’ancienne société du père a été déclarée en faillite et René a été envoyé pour racheter les actifs et les rendre à la famille. Cependant, René a en réalité acheté la société pour lui et l'a repris sous le nom de Camions Pierre Thibault Inc. Tant lui que ses fils furent alors rapidement exclus de la société Pierreville. Cela a mené à la situation inhabituelle de frères rivaux dirigeants des deux plus importantes entreprises de construction de véhicules incendie du Canada et installées dans la même petite ville. Sans surprise, cette situation a créé beaucoup d'amertume dans la famille. Avant 1980, Pierreville était le plus grand fabricant de camions incendie au Canada en termes d'unités vendues. Plusieurs extensions du site au cours des ans avaient portées celui-ci à une surface de 132.000 pieds carrés. Pierreville a employé environ 150 commerciaux qualifiés et réalisé 8 millions de $ de ventes en 1984. Tandis que la société a utilisé les pompes Waterous, elle a fabriqué ses propres échelles aériennes et des nacelles télescopiques. Elle a vendu des camions à travers tout le pays et a commencé une expansion agressive sur le marché américain dans les premières années quatre-vingt. Au Canada, les villes de Toronto, Vancouver, Calgary et Edmonton étaient les clients principaux. Au sud de la frontière, un camion-échelle a été livré à San Diego, un certain nombre de camions-pompe a été construit pour des villes dans la région de Chicago et il y avait des commandes en portefeuille pour San Francisco et Detroit quand l'affaire a cessé. Pierreville a aussi construit six camions-échelle pour la Marine américaine. Quatre parcs d'échelles aériennes ont été aussi fournis à Fulton et Wylie au Royaume Uni pour les faire monter sur des châssis britanniques. Tous furent en service à la Brigade de pompiers de Strathclyde en Ecosse jusqu'en 1992.

Malgré tout cela, la récession du début des années 80 et des luttes commerciales avec des concurrents ont forcé Pierreville à se déclarer la faillite en 1985. Pierre Thibault a récupéré la plupart des actifs de la société et a embauché certains des salariés. Yvon et Marion, avec leurs fils Michel et Jean, créèrent la société des Camions Incendie Phoenix en 1985 - le logo de cette société était tout à fait semblable au logo Pierreville. Phoenix a assumé quelques-unes des commandes de Pierreville et a construit des camions incendie pour un certain nombre de municipalités, principalement au Canada Oriental, jusqu'à sa cession en 1992.

NUMEROS DE SERIE

Chez Pierreville les numéros de série consistent en nombre séquentiel placé après les initiales de la société (PFT pour Pierreville Fire Trucks). Par exemple, "PFT-955" serait le camion numéro 955 construit par la société. Cependant, les éléments découverts dans des archives de société indiquent que des numéros ont été aussi assignés à des propositions commerciales qui n'ont pas été réalisées et sont donc attribués à des véhicules jamais construits. Par conséquent, les numéros des véhicules construits ne peuvent pas être dans l'ordre. Pendant quelques premières années, l’appellation de "PFT" était en réalité "CIPL", ce qui veut probablement correspondre à Camions Incendie Pierreville Limitée. Au moment où Pierreville a cessé ses activités, les numéros séquentiels étaient aux environs de 1300.

Toutes les informations supplémentaires qui pourraient nous être fournies, relativement aux systèmes de numérotation des séries des productions Pierreville, leurs fonctionnements et leurs applications seraient grandement appréciées.

UN MOT SUR NOS SOURCES                                                                                               
Comme pour les matériels Thibault, celles-ci dépendent principalement de l'observation des camions,  enregistrée individuellement quand ils ont été vus occasionnellement.. Beaucoup d’informations sur les camions les plus anciens (PFT-1000 et avant) ont été recueillies auprès des Archives du Musée Canadien de la science et de la technologie à Ottawa - Canada Science & Technology Museum. De nombreux camions Pierreville (particulièrement les plus anciens) ne sont pas répertoriés car les informations attachées aux numéros de série sont indisponibles. 

SOURCES HISTORIQUES                                                                                                            
Baird, Donal.
A Canadian History of Fire Engines. St. Catharines, Ontario: Vanwell Publishing, 2001.
Dubbert, Bob, Shane MacKichan and Joel Gebet. Encyclopedia of Canadian Fire Apparatus. Hudson, WI: Iconografix, 2004.
Divers articles de revues, documents d’archives et documents de l’histoire familiale.